Accéder au contenu principal

Quand le droit influence… la biologie

Des chercheurs ont remarqué que les vautours espagnols se rendaient très rarement au Portugal. Ils suivent d’ailleurs très scrupuleusement la frontière, au point que ça en devient étrange. Et les rares vautours qui s’aventurent au Portugal finissent rapidement par faire demi-tour.

Qu’est-ce qui explique que les vautours espagnols volent rarement dans les cieux portugais, à part une conscience aigue des frontières humaines ?

La raison est simple : la législation.

Après l’épidémie de vache folle, l’Union Européenne a imposé que les bovins d’élevage qui meurent dans les prés soient emmenés à l’équarissage ou enterrés. Sauf que l’application de la règle a été laissée à la discrétion des États membres.

Vous l’aurez peut-être deviné : le Portugal l’a mise en place, mais pas l’Espagne. Résultat ? En Espagne, les vautours trouvent de la nourriture, alors que dès qu’ils passent la frontière portugaise, ils n’ont plus aucune chance d’en trouver. Et au bout d’un moment, les vautours ont tout simplement appris que les zones de survol portugaises ne leur permettait pas de se nourir, et donc ils ont pris l’habitude de les éviter.

Je trouve cette interaction entre législation et biologie tout à fait fascinante.

Vous pouvez explorer ce thread Twitter qui donne des détails (en anglais) :

Via Benjamin Golub

Catégories

Mur

Soutenez L'Économiste Sceptique en partageant cet article ❤️

Olivier Simard-Casanova Tout afficher

Économiste et doctorant en économie, je suis le fondateur du Signal Économie.

Laisser un commentaire

Avant de poster tout commentaire, merci de prendre connaissance de la charte. Tout commentaire qui ne la respecte pas sera supprimé.

Vous pouvez utiliser la syntaxe Markdown pour rédiger votre commentaire.