Que va-t-il advenir des 30 millions d’emplois détruits aux États-Unis ?

Depuis le début de la crise du coronavirus, un peu plus de 30 millions de personnes ont perdu leur emploi aux États-Unis. En temps normal, le nombre d’emplois est de l’ordre de 150 millions, ce qui signifie qu’environ 20% des emplois ont été détruits en quelques semaines à peine. C’est un rythme absolument jamais vu.

Mais ces emplois sont-ils définitivement détruits ?

Probablement pas : il n’y a pas vraiment de mécanisme de chômage partiel aux États-Unis, et les entreprises ont été contraintes de licencier massivement pour ne pas faire faillite. Mais lorsque la reprise reviendra, une partie substantielle de ces entreprises embauchera à nouveau leurs anciens salariés.

Quelle proportion exactement ? C’est là toute la question.

Ce sondage montre que 80% des personnes licenciées pensent qu’elles retrouveront leur emploi à l’issue de la crise. Toutefois, certains économistes estiment que le taux sera probablement plus proche de 60%. Ce qui placerait le taux de chômage post-confinement aux niveaux de la crise de 2008-2009…

Source

Par Olivier Simard-Casanova

Économiste et doctorant en économie, je suis le fondateur de L'Économiste Sceptique.

Une réponse sur « Que va-t-il advenir des 30 millions d’emplois détruits aux États-Unis ? »

Bonjour,

Comparé à la France, la situation est  extrêmement différente aux USA.

Ce n'est qu'un avis personnel mais je pense que la reprise sera rapide là-bas. Ils n'ont pas la même "idée" du travail. En gros ils peuvent être licencié en deux/deux mais peuvent également être embauché en deux/deux. Du coup je ne serai pas étonné que 80% de ces chômeurs retrouvent leur emploi ou un autre emploi.

L'avenir nous le dira!

Bonne journée !

Laisser un commentaire

Ne manquez pas les prochains numéros de la newsletter
⭐️ Je m'abonne gratuitement →

Bonjour, c'est Olivier – alias L'Économiste Sceptique 🙂

Plusieurs fois par semaine, je publie un numéro de ma newsletter sur la science économique, le scepticisme scientifique et l'économie de l'environnement.

Pour ne pas manquer les prochains numéros, rejoignez les personnes déjà abonnées en vous abonnant vous aussi.


Plusieurs fois par semaine, je publie un numéro de ma newsletter sur la science économique, le scepticisme scientifique et l'économie de l'environnement.

Pour ne pas manquer les prochains numéros, rejoignez les personnes déjà abonnées en vous abonnant vous aussi.